08.07.2016

VRAC : Acheter à plusieurs pour consommer mieux

Née en décembre 2013, l’association VRAC (Vers un réseau d’achat en commun), lauréate du concours « S’engager pour les quartiers », entend favoriser le développement des groupements d’achat sur l’agglomération lyonnaise afin d’offrir au plus grand nombre un accès à des produits de qualité au meilleur prix.
Crédits photo : DR

À l’origine du projet, un constat simple : quand les moyens financiers sont limités, les consommateurs ont tendance à faire le choix du moins cher, quitte à sacrifier la qualité et la santé. Pour remédier à cela, l’association VRAC (Vers un réseau d’achat en commun) est née de la volonté d’offrir à tous la possibilité de consommer des produits bio et locaux à prix abordable. Concrètement , cela s’est traduit par la mise en place dès 2014 de partenariats avec plusieurs bailleurs sociaux, notamment Est Métropole Habitat, Grand Lyon Habitat, Alliade Habitat et  Lyon Métropole Habitat, ainsi que la fondation Abbé Pierre et la Fondation Carasso, pour créer un réseau de groupements d’achat dans des quartiers dits « prioritaires » de l’agglomération lyonnaise.

Mais ce projet ambitieux ne s’est pas fait sans difficultés comme nous le raconte Boris Tavernier, chef de projet chez VRAC :« J’ai passé plusieurs mois dans ces quartiers – dans les ensembles sociaux, les écoles, les diverses associations, pour rencontrer les habitants. Il fallait qu’une confiance s’installe entre nous. En parlant aux résidents, je me suis vite rendu compte qu’ils pensaient que le bio n’était pas pour eux, que ce n’était pas forcément bon, que c’était trop cher, etc. Donc j’ai organisé des réunions, des dégustations… et on les a vite convaincus ! »

Un fonctionnement participatif

Chaque mois, VRAC recherche de petits producteurs en France ou dans les pays voisins issus de l’agriculture biologique et/ou équitable (Italie, Espagne, Maroc…) et propose des produits alimentaires, hygiéniques ou d’entretien écologiques… Les membres du groupement achètent selon leurs besoins. Les adhérents ont également la possibilité de faire évoluer la gamme de produits proposés mensuellement. S’ils souhaitent consommer un bien qui n’est pas proposé par le groupement d’achat, ils peuvent en faire la demande et l’association se charge de trouver un producteur

Dans son fonctionnement, VRAC est un vrai projet participatif : les habitants gèrent eux-mêmes la prise de commande une fois par mois ainsi que la redistribution des produits une fois livrés par l’association. Les bailleurs sociaux fournissent quant à eux des locaux pour que l’association puisse bénéficier d’une permanence dans le quartier. Une participation essentielle pour faire vivre et exister ce projet.

« Ce dispositif est ouvert à tous, résidents du quartier ou non.  On ne demande pas de caution, de justificatif de domicile… Nous avons donc des familles qui viennent faire leurs courses et qui ne seraient jamais venues dans ces quartiers autrement. Le groupement est donc devenu une véritable occasion de rencontre et de sociabilité », précise Boris Tavernier.  

Au-delà de la convivialité générée par cette initiative, VRAC permet aux habitants d’améliorer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et de leur quartier. « On ne se rend pas toujours compte mais les gens ont vraiment besoin de considération et notre projet permet aussi cela. Le fait que ce dispositif soit ouvert à tous, permet au plus grand nombre de se sentir considéré. Nous proposons des produits bons, sains et bio… Nous sommes dans une démarche vraiment qualitative. Nos publics ne sont pas toujours habitués à cela » conclut Boris Tavernier.

Depuis son lancement en 2013, l’association VRAC ne cesse de voir son activité croître : 8 points de retraits sur l’agglomération lyonnaise (La Duchère à Lyon, Les Noirettes, Grand Vire à Vaulx-en-Velin, Minguettes à Vénissieux, Quartier Bel-Air, Saint-Priest, le Golf à Oullins, Arsenal à Saint Fons), plus de 800 adhérents, un chiffres d’affaires doublant d’année en année et un intérêt vif de la part des bailleurs sociaux dans d’autres régions françaises à l’image du bailleur Aquitanis qui a la volonté de développer le projet VRAC dans les quartiers de l’agglomération bordelaise.

Le projet a été récompensé dans le cadre du concours « S’engager pour les quartiers », dont l’Union sociale pour l’habitat est partenaire, dans la catégorie « Innovation sociale » et a également remporté le Grand prix.

Retrouvez toutes les infos pratiques.