14.04.2017

Les Hlm, des acteurs clés de la transition énergétique et environnementale

Le logement social est à l’avant-garde du développement durable au sein du parc d’habitations français. Son ambition : atteindre une empreinte énergétique et environnementale nulle. Un défi qui passe autant par l’évolution du bâti que par l’implication des habitants.
Les Hlm, des acteurs clés de la transition énergétique et environnementale

À travers la loi de 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte, la France a fait du bâtiment un acteur primordial de son nouveau modèle énergétique. Et pour cause, ce secteur concentre une part importante de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre en France. Avec leurs 4,5 millions de logements et leurs 11 millions d’habitants, les organismes Hlm ont un rôle clé à jouer. Acteurs responsables par nature, ils n’ont pas attendu l’arrivée des règlementations et de la notion même de développement durable pour intégrer les problématiques environnementales à leurs projets. Ils sont aujourd’hui à l’avant-garde de l’écoperformance.

30% d’énergie en moins qu’un logement privé  

Les efforts entrepris par les organismes ont permis au parc Hlm d’atteindre une performance énergétique inégalée en France. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un logement social consomme en moyenne 30% d’énergie et 50% d’eau en moins qu’un logement privé. Les problématiques énergétiques et environnementales sont d’autant plus importantes pour les organismes Hlm qu’elles impactent le pouvoir d’achat de leurs résidents. Moins de consommation d’énergie, c’est moins de charges à payer pour les habitants et donc moins de situation de précarité énergétique.

Vers l’autosuffisance énergétique  

Afin de poursuivre son engagement, le Mouvement Hlm a signé un engagement avec l’État en septembre 2015 : l’Acte Hlm 2016-2020, soit plus de 30 engagements d’ordre technique, social et urbain (cliquer ici pour télécharger le document pdf). Les ambitions sont fortes. D’ici à 2018, Acte Hlm prévoit la généralisation de bâtiments très sobres en besoins énergétiques, voire à énergie positive lorsque les conditions locales sont réunies. Grâce aux moyens de production des énergies renouvelables, le patrimoine Hlm pourra ainsi devenir producteur d’énergie pour son propre compte dans les prochaines années. Le Mouvement Hlm prévoit aussi la généralisation de bâtiments exemplaires sur le plan environnemental, afin de limiter au maximum les émissions de gaz à effet de serre. Des ambitions qui passent par un investissement fort en matière de construction, de rénovation et de réhabilitation des bâtiments. Chaque année, plus de 100 000 logements Hlm sont ainsi rénovés sur le plan énergétique et environnemental.

Impliquer les habitants

Cette transition énergétique et environnementale ne peut avoir lieu sans la prise en compte et l’implication des habitants, que ce soit au niveau de leur consommation d’énergie ou de leurs habitudes impactant l’environnement. Acte Hlm prévoit ainsi de généraliser sur le territoire des dispositifs de sensibilisation et d’accompagnement des résidents. L’enjeu est de leur donner les clés pour changer leurs comportements, tout en montrant les bénéfices qu’ils peuvent en tirer pour la réduction de leur facture énergétique. L’implication des organismes se traduit aujourd’hui par un travail de sensibilisation aux éco-gestes ou par le soutien d’initiatives portées par les habitants : création de jardins partagés, partage de services non marchands, mutualisation des espaces et de services d’autopartage…

Autant d’initiatives qui seront valorisées partout en France du 24 juin au 2 juillet, à l’occasion de la 5ème semaine nationale des Hm ! Cliquez ici pour voir les premiers événements prévus.