06.06.2018

Un food truck pour l’insertion des jeunes

Le projet « Truck de Foo’d » a été initié par le bailleur social La Maison du CIL. Cette opération favorise l'entrepreneuriat par la coopération et facilite l’insertion professionnelle des jeunes. Par le biais d’un camion aménagé, un groupe de jeunes sans emploi ou en décrochage scolaire sillonne la région Hauts-de-France pour proposer des produits transformés (jus de fruit, soupes, tapas,etc) aux habitants et aux entreprises locales, notamment à l’occasion de manifestations locales. Romaric Egain, responsable du Pôle Politique de la Ville de La Maison du CIL répond à nos questions.
La Maison du CIL

Quel est l’enjeu du « Food Truck » dans un projet comme celui-ci ?

Romaric Egain, responsable du Pôle Politique de la Ville de La Maison du CIL : Le projet mené par l’association Eco&Logique à une double vocation : celle d’utiliser un camion aménagé "Food truck" comme vecteur d’insertion sociale et professionnelle des jeunes sans emploi ou "décrocheurs" des quartiers défavorisés. Puis celle de promouvoir une meilleure qualité de vie par la sensibilisation aux bonnes pratiques alimentaires. L’outil « Food Truck », grâce à son caractère attractif et ludique, permet ainsi de créer de nouvelles opportunités d’activités qui seront développées par et pour les jeunes sous forme d’ateliers participatifs liés à l’emploi, à l’écocitoyenneté et à la santé. 

Quel est l’impact du projet “Truck de foo’d” sur les jeunes participants ?

En 2017, l’accompagnement de 10 jeunes de 18 à 25 ans a permis, grâce à l’outil « Food Truck », de développer leurs capacités d’autonomie et d’initiative, d’émancipation et de mobilité. Cela a également permis de les sensibiliser à l’économie sociale et solidaire et aux enjeux de la citoyenneté économique, tout en développant leurs savoirs et leurs compétences liés au monde professionnel.

Avez-vous mis en place des partenariats ?

De nombreux  partenariats se sont développés, notamment avec le Lycée Colard Noël de Saint Quentin. Les jeunes élèves de la section hôtelière ont été formés à la démarche du Truck de Foo’d, afin qu’ils puissent à leur tour sensibiliser le public. Des sensibilisations ont été organisées en lien avec le CCAS de Gauchy à l’Epicerie Sociale, à la Maison de la culture et des loisirs et au centre de loisirs, auprès d’enfants âgés de 4 à 15 ans. Aussi, la communauté de communes du Pays du Vermandois a souhaité faire intervenir le « Food Truck » sur son marché de producteurs locaux tous les 1er vendredis du mois.

Quelle place ont les sensibilisations écocitoyennes et alimentaires dans ce projet ?  

Au cours de l’année, l’association Eco&Logique, avec une vingtaine d’autres partenaires, s’est engagée auprès de la communauté d’agglomération du Saint Quentinois en signant la charte d’engagement de lutte contre le gaspillage alimentaire. L’association fait donc partie d’un REGAL (Réseau pour Eviter le Gaspillage Alimentaire) dont l’animation globale est assurée par la communauté d’agglomération du Saint Quentinois. Il a pour but d’accompagner et de faciliter la mise en œuvre de la lutte contre le gaspillage alimentaire en vue d’atteindre l’objectif de -50% de gaspillage alimentaire d’ici 2025.

Quelles sont les difficultés que l’on peut rencontrer lorsque l’on monte une opération comme “Truck de Foo’d” ?

S’agissant d’un outil itinérant, la principale difficulté consiste à faire vivre le « Food Truck » dans la durée en renouvelant les partenariats et son public.

Il y a-t-il des indicateurs permettant d’évaluer ce projet ?  

Les principaux indicateurs sont le nombre de jeunes participants et la qualité de leur investissement sur les actions et dans le temps, le nombre de personnes touchées lors des temps forts de sensibilisation et la réceptivité du public cible aux messages sur l’écocitoyenneté, le nombre d’actions, le nombre de partenariat et la qualité de ceux-ci. En 2017, on compte 10 jeunes impliqués et 1500 personnes sensibilisées sur les différentes actions.